Petites bêtes

Les petites bêtes sont les meilleures amies de l’agriculteur bio, enfin, certaines d’entre elles ! Découvrez-en davantage à ce sujet.

BUGS - le film

 

C’est nous les gentilles petites bêtes !
En agriculture biologique, les producteurs n'utilisent pas de produit chimique contre les nuisibles (insectes ou autres animaux) mais essaient de travailler avec leurs ennemis naturels : d’autres insectes. Pour tout insecte nuisible, il existe un ou plusieurs insectes  ennemis disponibles. Ils sont utilisés dès détection d’un nuisible.
Ces gentilles petites bêtes travaillent si durs pour protéger les cultures des nuisibles que les producteurs n’ont pas besoin de recourir au chimique pour se débarrasser, par exemple, des pucerons dans leur serre. C’est bien mieux pour votre santé ! Qui sont ces sympathiques insectes et en quoi consiste leur travail ? Ils vous l’expliqueront eux-mêmes sur ce site. L’heure est à la rencontre !

En quoi consiste notre travail ?
Enchanté ! Nous sommes la guêpe ichneumon, le chrysope, l’acarien prédateur et la coccinelle. Avec l’aide de nos cousins du sol, les champignons et les bactéries bénéfiques, nous participons à une lutte naturelle contre les nuisibles.
Nous nous glissons parmi les feuilles à la recherche de notre ennemi naturel. C’est ainsi que nous aidons le producteur et que les plantes restent saines de façon naturelle. Le bourdon est un autre de nos amis, actuellement très occupé par la pollinisation des fleurs. Il se présentera plus tard.
C’est quoi au fait un nuisible ? Il s’agit d’un insecte malfaisant présent en quantité excessive, comme le puceron, et qui endommage les plantes. Le producteur n’est jamais ravi de sa présence. Les insectes nuisibles sucent la sève des plantes, ne laissant que des restes / ou utilisant les feuilles pour repas. Il en résulte une plante faible et malade.

Pucerons et autres nuisibles
Les pucerons se reproduisent à grande vitesse, ce qui provoque rapidement une invasion. Ses ennemis naturels comme la guêpe ichneumon, la coccinelle et le chrysope peuvent le combattre. La guêpe ichneumon recherche les pucerons pour se reproduire, elle pond dans les pucerons qui sont ainsi éliminés.
La coccinelle apprécie beaucoup le puceron pour son dîner. En mangeant le puceron, elle s’assure que votre fruit reste sain et sans produit chimique car grâce à son action le producteur n’a pas besoin de vaporiser de produits artificiels.
Les araignées rouges ou tétranyques sont également nuisibles. L’acarien prédateur est leur ennemi naturel. Il tue l’araignée rouge par sa voracité en la suçant. L’acarien prédateur ne peut vivre qu’à proximité de sa victime.

Les bourdons en action
Les bourdons sont habitués à aider pour la pollinisation des fleurs. Une bonne pollinisation est essentielle pour des fruits beaux et abondants. Les bourdons volent de fleur en fleur. Des ruches spéciales pour l’agriculture ont été créées, par exemple par Koppert Biological Systems, afin de transporter les bourdons jusque chez les producteurs. Ces ruches peuvent être installées dans les serres ou sur le verger de l’exploitant. Les producteurs n’ont pas besoin de s’occuper des bourdons, ils travaillent d’eux-mêmes et sont complètement dévoués.

Bien sûr d’autres abeilles, syrphes ou insectes participent également à la pollinisation !

Les petites bêtes du sol
La majorité des petites bêtes ne vivent pas sur les plantes mais dans le sol ! Dans une poignée de terre, on peut trouver plus d’organismes microscopiques que le nombre total d’humains sur la planète. Et beaucoup de ces créatures sont très utiles. Saviez-vous que la majeure partie de l’alimentation pour nombre de plantes est constituée d’azote ? Mais elles ont besoin de l’aide des champignons et des bactéries autour de leurs racines pour l’obtenir. Et bien sûr, il y a beaucoup d’autres bestioles dans le sol. Vous en voyez d’autres ? Les vers de terre bien sûr. Et les nématodes, les acariens, les pucerons des bois, les larves d’insectes et bien plus encore. Dans le sol, ils luttent et travaillent ensemble pour créer un équilibre naturel stable

Merci !
Vous savez maintenant comment la nature maintient son équilibre grâce aux petites bêtes. La pollinisation par les bourdons et autres insectes, les prédateurs naturels et les micro-organismes du sol (champignons et bactéries), tous contribuent à une agriculture propre et à une alimentation saine et sans produit chimique.

Nos remerciements à Koppert Biological Systems pour les informations et les photos (© Koppert Biological Systems).

Vous êtes ici

Fabriquez votre petite bête !
Nous venons de créer un papier d’emballage permettant de fabriquer sa propre petite bête ! Les oranges bios juteuses de notre producteur Gerasimos Karantinos sont emballées à l’intérieur. Si vous achetez ces oranges dans votre supermarché ou votre magasin bio, vous pourrez vous fabriquer une jolie petite bête.

Voilà le mode d’emploi. C’est très facile. Déballez l’orange de son papier. Aplatissez le papier et entortillez les quatre pointes pour former des petites “pattes”. Replacez le papier sur l’orange. Poussez doucement l’orange et celle-ci « marchera » dans la pièce d’une drôle de façon. Laissez votre petite bête gambader et cherchez-en d’autres ! Amusez-vous bien !

Chris, producteur en Hollande
Chris van der Sterre cultive des choux de Bruxelles à Bleiswijk, aux Pays-Bas. Il s’est converti au bio en 2015 : « je constate un équilibre naturel avec les insectes : quand les pucerons sont plus nombreux, on voit la population de syrphes augmenter et s’attaquer à eux. La plus grande différence entre bio et non bio, selon moi, est la façon de traiter les insectes et les nuisibles. En tant qu’agriculteur conventionnel, il était tout à fait normal de vaporiser dix fois par an, trois produits chimiques différents à chaque fois. En agriculture biologique, on doit travailler avec la nature et on est dépendant des « insectes-amis » comme les guêpes parasitoïdes et d’autres prédateurs naturels. Je vais souvent dans les champs voir comment se développe la population de syrphes. C’est important car cette espèce de mouche mange les pucerons des choux. Pour être honnête, je n’avais jamais remarqué ces insectes quand j’étais en conventionnel, en ce sens c’est tout un univers qui s’est ouvert à moi ! Son code est 139.

La fleur du développement durable

La fleur du développement durable, c'est notre coeur de métier. Chaque producteur Nature & More a sa fleur de durabilité personnelle. Elle donne la voie vers une économie plus verte et plus sociale. Plus d'infos ici.